Ecole Doctorale Biologie Santé de Lille : bourses de thèse ouvertes à la mobilité

Ecole Doctorale BIOLOGIE SANTE de Lille
Allocations de Recherche "mobilité" - 2017-2018
sujet de thèse proposé par l'Unité de Recherche :
EA7369 éQ. 01 (directeur : BERTHOIN SERGE)

version française english version

Avant de déposer votre dossier, vous devez vous assurer de remplir les conditions requises et impérativement prendre contact avec le responsable du sujet proposé.

Conditions réglementaires de candidature, pré-requis et procédures (cliquez ici)

Influence de l'exercice physique sur la plasticité corticale induite par stimulation cérébrale non-invasive chez l'homme
réf. -NEU/2017085
responsable : DEVANNE HERVE
courriel : herve.devanne@univ-littoral.fr
description du projet :
Au cours des dix dernières années, les techniques de stimulation cérébrale non invasive (NIBS) se sont développées de manière exponentielle avec pour objectif de pouvoir modifier le plus durablement possible l'excitabilité d'une ou plusieurs régions cérébrales. Dans de nombreuses pathologies (dépression, dystonies) et atteintes du système nerveux (douleurs neuropathiques, AVC), la neuroplasticité induite par NIBS représente en effet une alternative prometteuse aux traitements pharmacologiques ou à la stimulation cérébrale profonde. Toutefois, son utilisation est limitée à l'heure actuelle par la variabilité de la réponse physiologique induite et la difficulté à générer des effets suffisamment importants et durables. L'un des enjeux actuels est donc d'améliorer l'efficacité des protocoles de NIBS. Parmi les pistes possibles, l'exercice physique est un candidat extrêmement prometteur. En effet, des travaux récents chez l'homme ont permis de montrer qu'un exercice aérobie ponctuel ou répété mettant en jeu les membres inférieurs permettrait de potentialiser les effets d'un protocole de NIBS appliqué au niveau de la zone corticale contrôlant les membres supérieurs. Bien que le mécanisme reste encore mal compris, il a été suggéré que l'exercice, probablement au moins en partie via la synthèse accrue de BDNF pourrait favoriser l'expression des mécanismes de neuroplasticité à l'échelle de l'ensemble du système nerveux. Ce projet de thèse, qui s'inscrit dans la continuité de travaux menés auparavant dans l'équipe, a pour objectif de mieux comprendre le rôle potentiateur de l'exercice physique sur la plasticité corticale. Il s'agira tout d'abord d'étudier l'influence potentielle de l'exercice physique sur les mécanismes d'intégration sensorimotrice chez l'homme. On sait en effet que la neuroplasticité des circuits sensorimoteurs est fortement dépendante des influx proprioceptifs générés par le mouvement qui influencent indirectement les cellules corticomotoneuronales du c

mots-clés : Plasticité cérébrale, exercice physique, intégration sensorimotrice, contrôle moteur

compétences souhaitées : Le candidat devra avoir une bonne connaissance de l'organisation fonctionnelle des structures centrales impliquées dans le contrôle de la motricité volontaire. Il devra connaître la technique de stimulation magnétique transcrânienne et celle de recu