Ecole Doctorale Biologie Santé de Lille : bourses de thèse ouvertes à la mobilité

Ecole Doctorale BIOLOGIE SANTE de Lille
Allocations de Recherche "mobilité" - 2017-2018
sujet de thèse proposé par l'Unité de Recherche :
UMR8204-U1019 éQ. 13 (directeur : TSICOPOULOS ANNE)

version française english version

Avant de déposer votre dossier, vous devez vous assurer de remplir les conditions requises et impérativement prendre contact avec le responsable du sujet proposé.

Conditions réglementaires de candidature, pré-requis et procédures (cliquez ici)

Impact des nanoparticules de carbone polluées sur la réaction inflammatoire et le remodelage bronchique dans l'asthme allergique sévère
réf. -3IM/2017030
responsable : SCHERPEREEL ARNAUD / Co-encadrant : Patricia DE NADAI
courriel : arnaud.scherpereel@chru-lille.fr,patricia.de-nadai@pasteur-lille.fr
description du projet :
La prévalence des maladies allergiques a fortement augmenté et la pollution, comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), est suspectée d'y participer. Pourtant, il est difficile de faire un lien direct entre les deux. Les moteurs diesel et les industries produisent des particules ultra-fines ou nanoparticules (<0,1 μm) et les premières études toxicologiques montrent un risque pour la santé lié à leur inhalation. Les nanoparticules ont la caractéristique de rester profondément dans le poumon, favorisant le contact des molécules adsorbées à leur surface avec la muqueuse bronchique. Les cellules Th17/Th22 et les cellules lymphoïdes innées (ILC3) produisent la cytokine IL-22 impliquée dans la réparation et le remodelage cutané, mais aussi dans la transition épithélio-mésenchymateuse, prérequis au remodelage bronchique. Ces cellules expriment l'Aryl hydrocarbon Receptor (AhR), facteur de transcription liant les HAP et impliqué dans la production d'IL-22. Ce facteur pourrait faire le lien entre les polluants et le remodelage bronchique observé dans l'asthme allergique sévère. L'objectif du projet sera de déterminer le rôle des nanoparticules polluées sur la polarisation de la réponse immune et le remodelage bronchique.
Ainsi, le rôle des nanoparticules polluées sera évalué in vitro sur la différenciation, à travers un épithélium, de cellules dendritiques humaines (DC) et leur capacité à polariser les lymphocytes T naïfs en cellules productrices d'IL-22. Les DC immatures seront dérivées de monocytes de donneurs sains et de patients asthmatique allergique. L'épithélium bronchique sera stimulé du côté apical, sur un transwell, par des allergènes avec ou sans les nanoparticules, les DC seront ensuite déposées côté basal. Après 24h, les DC seront analysés pour l'expression des molécules de maturation et la sécrétion des cytokines polarisantes. Ensuite, les cellules seront co-cultivées avec des cellules T CD4+ naïves pour évaluer leur polarisation. Enfin, nous évaluerons
téléchargez le projet :
  • EN DETAILS

  • mots-clés : Asthme sévère, pollution nanoparticulaires, remodelage bronchique, IL-22, Aryl hydrocarbon receptor

    compétences souhaitées : Spécialité en immunologie, Bonne maitrise des techniques de culture cellulaire, purification de cellules immunes, cytométrie, Elisa voire multiplex, RT-qPCR, histologie. Expérience dans la collecte de sang, de lavage bronchoalvéolaire et d'organes ch