Ecole Doctorale Biologie Santé de Lille : bourses de thèse ouvertes à la mobilité

Ecole Doctorale BIOLOGIE SANTE de Lille
Allocations de Recherche "mobilité" - 2017-2018
sujet de thèse proposé par l'Unité de Recherche :
INSERM U1171 (directeur : BORDET REGIS)

version française english version

Avant de déposer votre dossier, vous devez vous assurer de remplir les conditions requises et impérativement prendre contact avec le responsable du sujet proposé.

Conditions réglementaires de candidature, pré-requis et procédures (cliquez ici)

Potentialisation des capacités cognitives du sujet âgé avec plainte cognitive par l'association du méthylphénidate et de l'entrainement cognitif : preuve de concept en double aveugle contre placebo
réf. -NEU/2017027
responsable : DUJARDIN KATHY
courriel : kathy.dujardin@univ-lille2.fr
description du projet :
Les troubles cognitifs sont l'un des enjeux majeurs actuels de santé publique. Leur impact sociétal est amené à augmenter de manière significative dans les années futures en raison, notamment, de l'allongement de l'espérance de vie. Il est donc nécessaire de prouver l'efficacité de stratégies pour leur prise en charge. Ce projet cherche à établir un nouveau concept d'association d'un entrainement cognitif et du méthylphénidate (MPH), un psychostimulant qui, en augmentant la transmission dopaminergique et noradrénergique, potentialise la plasticité cérébrale, pour améliorer la cognition. L'objectif principal est d'évaluer l'effet du MPH seul (à dose faible), d'un entrainement cognitif structuré seul et de l'association MPH et entrainement cognitif structuré sur les capacités attentionnelles de sujets volontaires sains âgés ayant une plainte cognitive, après 6 semaines de traitement par rapport à un placebo. Il s'agit d'une étude pilote comparative, randomisée et contrôlée, en double aveugle, impliquant quatre groupes indépendants de 30 sujets. Les capacités attentionnelles seront évaluées par la vitesse et la précision des réponses à une tâche informatisée de temps de réaction à choix. Le critère principal d'évaluation sera la différence du temps de réponse moyen à cette tâche entre la fin du traitement et l'inclusion. Nous attendons une amélioration des capacités attentionnelles avec l'association synergique de l'entrainement cognitif et du MPH. En améliorant le rapport signal sur bruit au niveau neuronal, le MPH pourrait avoir un impact positif sur la plasticité cérébrale. Les critères secondaires d'évaluation mesureront donc les modifications de connectivité fonctionnelle au repos en imagerie par résonance magnétique et en électroencéphalographie entre la fin du traitement et l'inclusion. Cette étude justifiera des essais thérapeutiques pour les troubles cognitifs quelle que soit leur origine afin de limiter le handicap et l'évolution vers la démence.

mots-clés : Neuroscience – neuropsychopharmacologie – imagerie fonctionnelle – IRM – EEG

compétences souhaitées : Le candidat devra avoir des connaissances et une expérience en neuropsychologie expérimentale de préférence dans le domaine du vieillissement et/ou des pathologies neurodégénératives, avec une formation à la réhabilitation cognitive. Une formatio